Conserver le raisin

Publié par Joseph CHAUFFREY le

Quand après quelques années de formation nos treilles se mettent à produire abondement, se pose inévitablement la question de la conservation des grappes. Je pratique depuis quelques années la conservation sur pied (dans un sachet pour éviter de régaler guêpes et oiseaux), le séchage des grains au déshydrateur solaire (les raisins secs obtenus sont d’une saveur incomparable) ou la congélation du jus après passage par l’extracteur.

Pour compléter ces techniques j’ai testé cette année la conservation dite « à rafle fraiche ». C’est Baptiste Larpenteur, viticulteur en Seine et Marne qui, dans les années 1950 découvrit cette technique de conservation après avoir retrouvé par hasard, en février, des grappes intactes portées par des sarments qu’il avait laissé malencontreusement tremper dans l’eau…

Pour ce faire, récoltez le plus tardivement possible des grappes bien saines en prenant soin de conserver un morceau de sarment de chaque côté de la grappe (environ 15 cm de part et d’autre). Introduisez une extrémité de chaque sarment dans une bouteille d’eau dans laquelle vous aurez déposé un petit morceau de charbon de bois (rôle filtrant). La grappe doit alors pendre le long de la bouteille. Stockez ces dernières dans un local frais, bien sec et en pleine obscurité. Surveillez régulièrement les grappes pour supprimer les grains qui s’abiment.

J’ai réussi grâce à cette technique à consommer du raisin – certes un peu flétri mais parfaitement sain – jusqu’en fin d’année.

 

Conseil paru dans la rubrique « permaculture » que j’anime au sein de la revue les 4 saisons